Accueil / Actualité / Entreprendre ICI à Drummondville-Interview: O’ Studio Beauté

Entreprendre ICI à Drummondville-Interview: O’ Studio Beauté

O’ Studio Beauté est une entreprise d’ici, située dans le centre-ville de Drummondville au 226, rue Hériot. O’Studio Beauté est un centre multi-soins regroupant des spécialistes passionnés dans leur domaine respectif. Ainsi, le studio propose différents services : extensions capillaires, microblading, maquillage permanent, bronzage Airbrush Nuda, extensions de cils et bien plus encore ! Le studio propose aussi de la formation et fait la distribution de produits esthétiques. Voici donc la seconde entrevue de la série Entreprendre ICI, à Drummondville avec Tanya Volel et Daliza Jimenez :

IciDrummond: La dernière fois que l’on s’est croisé personnellement c’était le 12 mars au Gala RBC. Les choses ont considérablement déboulé par la suite. Est-ce que vous vous attendiez à voir les choses débouler aussi rapidement et prendre autant d’ampleur ?

Tanya: Non. Sincèrement j’étais très réticente face à toute cette histoire-là. Pour moi, au départ, cela ne faisait pas de sens. Je ne croyais pas qu’on aurait à fermer le commerce. Même qu’au départ, je croyais fermement qu’on allait rester ouvert tant et aussi longtemps que nous en serions capables.

Daliza: On avait vraiment deux façons différentes de penser et je lui envoyais souvent les nouvelles par Facebook et je lui disais : Tan, je pense que les commerces vont devoir éventuellement fermer… Tanya était vraiment dans le déni au départ mais après en avoir parlé à plusieurs reprises, elle a finalement succombé et a fini par se faire à cette idée. On a anticipé cela et on a décidé finalement de fermer temporairement parce qu’on ne se voyait pas travailler dans des conditions sanitaires inconnues. On a trouvé ça vraiment difficile sur le moment, il y a eu beaucoup d’émotions liées à cette prise de décision. On a fermé avant que cela ne devienne obligatoire par décret du gouvernement. On a été sensible le premier ou un des premiers salons à fermer à Drummondville.

Tanya : Peut-être qu’on a indirectement créé un effet d’entraînement et que certains ont suivi la vague par la suite. Il y a toutefois beaucoup d’entreprises qui ont attendu au dernier moment avant de fermer.

IciDrummond: Parlez-moi de votre parcours pendant la crise. Comment avez-vous vécu la première semaine suivant la fermeture temporaire du Salon ?

Daliza: On a été plusieurs jours qu’on ne s’est pratiquement pas parlé. On a vraiment été une semaine sur pause. On s’est reparlé par la suite et on est tombé en mode solution afin de prendre la situation à notre avantage et non à notre désavantage.

Tanya : On était dans l’incertitude. Ça a été probablement la semaine la plus difficile de tout le confinement. Le fait de prendre la décision de fermer les portes a été vraiment difficile. Le fait de passer à un régime à fond la caisse à rien du tout ça a vraiment été quelque chose. Il y avait beaucoup d’émotions pendant cette première semaine. On se sentait emporté dans un tourbillon. Il faut dire que cela faisait longtemps qu’on n’avait pas pris de tels moments de recul.

IciDrummond : Quel moyens avez-vous entrepris pour conserver votre motivation et votre enthousiasme dans le quotidien malgré le contre-courant des annonces dites contraignantes au courant des premières semaines de la crise ?

Daliza : On s’est mutuellement encouragé. On a très confiance en notre projet et on a confiance que les gens vont revenir. On se motive sur d’autres projets qu’on avait mis de côté.

Tanya : On se concentre effectivement sur des choses qu’on avait mis de côté. Dali et moi, chacun de notre côté, on s’est dressé un échéancier afin de rester dans l’action. J’ai fait une liste avec des papiers sur mon mur avec des choses à cocher à chaque jour pour m’assurer d’avoir un échéancier à respecter tout en restant dans le processus. Je respectais tout de même mon rythme. Par la suite on a développé un nouveau projet relié à la vente de produits.

IciDrummond : Quelles actions concrètes et innovantes avez-vous posé pour rebondir et recibler les activités de votre entreprise au courant des dernières semaines ?

Daliza: Dans le même sens que la réponse précédente, on a mis l’emphase sur la commercialisation et la vente de nos produits. On a monté une liste d’attente. On garde en banque toute les informations et demandes des clients en vue d’être proactifs et d’en assurer le suivi lors de la période d’ouverture.

Tanya : On ne se complique pas la vie non plus dans la mesure que nous sommes conscientes qu’il va y avoir énormément de travail à faire lors de la réouverture on tâche toutefois d’accroitre notre présence sur les réseaux sociaux et d’en augmenter l’attendence. On s’assure de placer nos priorités aux bons endroits et de les renforcer.

Daliza : Parlant de priorités, cela me fait penser : On y va étape par étape et on en profite pendant ce moment pour améliorer la logistique de nos espaces et de nos infrastructures afin de faire en sorte que l’accueil et que les stations de travails soient plus confortables. On essaie de faire une amélioration générale du Studio.

IciDrummond : Quels changements et innovations sont à l’avant plan au O’ Studio Beauté ? Comment vous voyez la façon de faire des affaires après la crise ? Qu’est ce qui va changer selon vous ?

Tanya: Je pense que ce sera surtout le  »contact ». Il va y avoir des changements pour les personnes, les spécialistes et les techniciennes qui étaient habitués de travaillent à proximité des gens. Donc il risque d’y avoir beaucoup de nouvelles mesures et de changements d’ordre sanitaire. On va continuer sur la lignée de notre vision et de nos projets. Toutefois il est certain que la méthode de travail sera renforcée.

Daliza: Certains départements risquent de se voir plus ou moins affectés au changement étant donné que plusieurs services avaient déjà des normes d’hygiènes très strictes. Par contre certains départements tel que la coiffure devront voir des changements à ce niveau. Je pense qu’il va y avoir des défis à relever en ce qui concerne l’ambiance du Salon. Les gens étaient habitués de se parler entre eux et beaucoup de clients étaient ravis de se voir. On risque de sentir les gens plus distants. Ce sera à nous de travailler là-dessus pour que les gens se sentent en sécurité dans le studio tout en trouvant des moyens de leur faire passer un bon moment. On va mettre aussi l’emphase sur la commercialisation en ligne de nos produits. Comme mentionné précédemment, nous sommes persuadés que l’esthétique est un service qui va garder sa popularité après la crise.

IciDrummond: Le gouvernement s’apprête à ouvrir progressivement l’économie. Quels sont les principaux défis que vous pensez devoir avoir à relever en vue de la période de réouverture ?

Tanya & Daliza: Se trouver du matériel ; presque tout est backorder ! (Rires)

Tanya : On a déjà commencé à s’équiper. Les prix ont monté pour beaucoup de fournitures et certaines sont en rupture de stock. On va devoir réorganiser nos espaces de travail et nos horaires. Le défi se penche essentiellement au niveau de la logistique.

Daliza: On va avoir aussi une période de de formation pour l’équipe. Il va y avoir un protocole à établir pour uniformiser la procédure pour chacun des clients afin de s’assurer que tout se déroule selon les nouvelles normes et directives. Nous allons devoir nous assurer que l’ensemble du protocole soit respecté avec tous et chacun autant que pour nous. Cela sera un gros défi à relever.

IciDrummond: Quel message positif et quels conseils pourriez-vous laisser aux autres entrepreneurs et aux membres de la JCCD ?

Tanya : Il y a une phrase m’apparait en tête. C’est quelque chose que j’applique beaucoup dans la vie. C’est une phrase d’un auteur qui dit que chaque épreuve contient la semence d’une opportunité équivalente ou supérieur. Donc oui, c’est une situation difficile pour
beaucoup. Il y a différents commerces qui risquent d’être durement touchés. C’est une situation certes exceptionnelle qui emmène beaucoup de changements et d’adaptation à travers de tout cela. D’un autre côté, il y a de belles choses qui vont émerger. Ça nous permet de prendre des prises de consciences et de réévaluer ou on s’en va dans la vie ou dans la vie de notre entreprise. Je pense que la situation nous aide à remmener les choses à la source et cela va créer de belles choses qui vont émerger de ces changements.

Daliza: En termes de message d’espoir pour les autres entrepreneurs : C’est une occasion pour eux de profiter de cette occasion afin d’être créatifs et d’innover dans leurs domaines dans la mesure que nous avons davantage de temps devant nous. On a le temps de réévaluer notre mission et de s’adapter aux nouvelles situations. Comme mentionnais Tanya, de belles choses vont émerger de cela et ça va mieux aller après. C’est un temps qu’on a de donner qui ne reviendra probablement jamais.

Tanya: C’est quand même quelque chose de se dire que la terre entière est sur pause et on peut se dire que c’est quelque chose de très rare et d’exceptionnel et que dans cette situation on peut aller chercher le maximum de cela.

IciDrummond : Je pense que nous vivons un moment historique présentement et que l’on risque de s’en rendre compte après. Lorsque l’on vis des moments exceptionnels et historiques souvent, sur le coup, on ne s’en rend pas compte. C’est par la suite, avec le recul qu’on fait des pistes de réflexions du gendre : OK… J’ai passé à travers de tout cela…. J’ai vécu ça…. Comment est-ce-que j’ai fait ? Au même titre qu’on peut vivre à un rythme de vie effréné et de travail acharné sans s’en rendre compte et réaliser, par la suite, qu’on allait à un rythme insoutenable.

Daliza: C’est un peu ce qui se passe en attendant sur cette phase de  »Stop ». On tend à se poser la question à savoir comment on faisait pour maintenir ce rythme-là ? On se rendait presque malade sans s’en rendre tellement on travaillait. Je pense que c’est une belle occasion de prendre une prise de conscience comme quoi il est important de prendre soin de soi dans notre façon de travailler.

IciDrummond: Quel message positifs pourriez-vous laisser à vos clients et à ceux qui vous supportent pendant cette période de confinement ?

Tanya: On est vraiment chanceuses. On voit que la cliente est fidèle et loyale et on veut leur rendre la pareille en donnant le meilleur de nous-mêmes.

Daliza: On va s’assurer de continuer à offrir un service de qualité et même supérieur dans la mesure qu’on a pris le temps de faire de la formation continue en vue de s’améliorer mais également d’améliorer le service offert par l’équipe. On a profité de ce temps de crise tous et chacun et on va s’assurer également que l’ensemble des services se fassent en toute sécurité.

Voir aussi

Du 8 au 27 septembre-Poutine Mania@Centre-Ville de Drummonville

La Poutine Mania s’empare du centre-ville De Drummondville en septembre ! Du 8 au 27 …

RSS
Follow by Email
Instagram