Accueil / Actualité / Entreprendre ICI à Drummondville-Interview: Le 200 Brock

Entreprendre ICI à Drummondville-Interview: Le 200 Brock

Le 200 Brock est un Resto-Bar situé dans l’ancienne taverne 200, une institution qui fut sans équivoque un endroit de prédilection dans le centre-ville de Drummondville au courant des dernières décennies. Assurément, par son emplacement et son dynamisme, le 200 Brock est une des pierres d’accise de notre centre-ville. L’endroit se veut très moderne et chaleureux. À chaque passage, on a droit à une expérience de type steak-house qui nous rappelle l’ambiance d’un point de rendez-vous d’après ski de Mont-Tremblant. On parle ici d’un mariage intéressant de la simplicité avec le panache. Cela dit, le 200 Brock est dorénavant une institution bien établie ici, dans notre centre-ville. C’est dans ce cadre que nous amorçons le troisième interview de la série Entreprendre ICI à Drummondville avec Steve Plante :

Icidrummond: Parles-moi de ton parcours pendant la crise. Comment as-tu vécu les événements suivant la première semaine de la fermeture ?

Steve : Ça a emmené un bon questionnement face à cette situation. On n’avait jamais rien vécu de tel. Il a fallu évaluer ce qu’il fallait faire pour assurer la viabilité de l’entreprise à moyen et long terme. Il y a eu des décisions importantes à prendre. On a dû mettre des gens sur le chômage. Ce ne sont pas des décisions faciles à prendre. Il y a des vies humaines en arrière de tout cela. En rapport à ces prises de décision, il y a eu de bonnes interrogations. Devions-nous garder les piliers en place ? Il est évident que l’un des buts d’un entrepreneur est d’assurer la viabilité de l’entreprise mais à quel prix ? C’était pas mal le néant dans la mesure qu’on ne savait pas combien de temps cette situation allait durer.

Icidrummond: Parles-moi des changements et des innovations que vous avez orchestrés pour vous adapter et rebondir face à la situation ?

Steve : On a décidé à continuer d’offrir des services en vertu des recommandations gouvernementales. Donc on a créé un service de take-out et on s’est creusé les méninges à voir comment on allait opérer tout ça et développer un tout nouveau système de livraison. Au début j’étais seul, on avait aucun employé. Ça faisait de grosses journées. Par la suite, on a développé et mis en place un système de livraison. On l’a testé, éprouvé et on l’a amélioré. Ensuite, il y a eu l’annonce des subventions gouvernementales qui font vraiment la différence dans notre cas. Puis cela nous a permis de ramener certains employés au travail et on a transposé ce qu’on avait planifié pour mettre en place le système de livraison.

Cela fait maintenant plus d’un mois qu’on roule comme ça. Je pense que c’est rendu stable et qu’il y a toujours place à amélioration. De ce fait, on met en place des meetings hebdomadaires avec une équipe réduite pour faire le point de la situation et on regarde constamment les points d’améliorations à mettre en place. On est en voie de rouler 5 jours semaine en mai contrairement au début que c’était, soi étant dit, plus  »condensé ». On voulait maitriser les nouveaux éléments. C’était pratiquement comme partir une nouvelle buisness en un battement de paupières. On a fait le maximum pour sortir la tête de l’eau.

IciDrummond: On s’entend pour dire que la crise va changer considérablement la manière de faire des affaires à différents niveaux. Pour ce qui est du 200 et du domaine des affaires en général, comment tu vois les changements dans la manière de faire des affaires après la crise ? Qu’est-ce que tu penses qui va changer ?

Steve : Ça c’est la question à 100 piastre. Je pense qu’il va avoir malheureusement beaucoup de tenanciers qui ne se sortiront pas de cette crise. Ce sera au consommateur de choisir et de décider qui reste et qui ne reste pas. Je ne sais pas s’il existe une solution miracle dans le processus. Les espaces de location vont probablement être revus. Il va falloir revoir la nécessité de la superficie des locaux. Cela sert à quoi d’avoir un grand local si on ne peut pas l’utiliser et l’optimiser ? Donc, il risque d’y avoir des changements à ce niveau lorsqu’il y aura la réouverture pour l’industrie avec une date claire de retour aux activités. Lorsque les salles vont ouvrir de nouveau ce sera une expérience différente. Ce n’est pas parce que certaines mesures restrictives risquent de faire nous faire perdre 50% en efficacité à certains endroits que l’on va être 50% de personnel de moins. Donc, je pense que le client va en ressortir avec une meilleure expérience ; une expérience un peu plus attentionnée. Il va falloir apprendre à ne plus avoir peur tout en gardant l’esprit vif par rapport à ce qui se passe.

Il y a tout de même des mesures de base à garder en place tel que la distanciation sociale. Des mesures, qui, à mon avis, sont là pour rester. Il y a probablement plein de choses que l’on faisait sans tenir compte qu’il pouvait y avoir la présence d’un virus. Juste le fait de se laver les mains très régulièrement et la tendance du paiement sans contact sont assurément des mesures qui sont là pour rester. Ce sera aussi probablement difficile de faire des gros partys avec beaucoup d’ambiance dans la mesure que les rassemblements seront probablement restreints à un nombre très limité de personnes ; sans oublier la distanciation à deux mètres. Il y a plein d’industries qu’on ne sait pas ce que cela va donner. À titre d’exemple que se passera-t-il avec l’industrie du mariage ? Je pense qu’il faudra se concentrer sur le comment on peut faire dans l’avenir. On était habitué de consommer ici-là et maintenant. Les choses sont maintenant en train de changer.

Je pense que dorénavant qu’il faudra miser plus sur les plats à emporter et les boîtes de repas déjà faits. Il faudra prévoir davantage dans le futur nos achats et nos déplacements. Cela peut sembler un détail mais le fait que les commerces soient fermés le dimanche cela change la donne. Nos habitudes d’achat et de consommation sont bouleversés mais nous allons vraisemblablement nous adapter par rapport à tout cela.

IciDrummond: Quel message positif et quels conseils pourrais-tu laisser aux autres entrepreneurs dans le centre-ville et les entrepreneurs locaux ?

Steve : Il y aura un après pour tout le monde. On est tous un peu dans le néant et je crois fermement que les entrepreneurs vont réussir à relever le défi et je pense que c’est ce qui constitue un entrepreneur. C’est de relever les défis d’entreprenariat un après les autres. Je pense que la situation de crise que l’on vit présentement occasionne probablement un des plus grands défis à relever que jamais personne n’a déjà vécu dans l’industrie.

IciDrummond: Quel message positifs pourriez-vous laisser à vos clients et à ceux qui vous supportent pendant cette période de confinement ?

Steve: On s’ennuie d’eux on s’ennuie de voir des visages, de serrer des mains et de partager des moments de bonheur avec eux. On est encore là et même si vous ne pouvez pas passer chez nous on peut aller chez vous !

Voir aussi

Entreprendre ICI à Drummondville-Interview: Le Comptoir lunch

Le Comptoir lunch est un établissement de restauration rapide de type aliments santé situé au …

RSS
Follow by Email
Instagram